Dans la capsule, j’ai d’abord vu le joyau et sa déclinaison évidente en collier. Léger et coloré, avec une surface lisse ou bosselée, tout plaidait pour en faire un matériau de haute joaillerie.

Tout ou presque : les rayons du soleil, qui font si joliment jouer les couleurs des capsules, les transforment rapidement en autant de pastilles brûlantes, un véritable collier de feu. Depuis cette triste découverte, les colliers Mokap se contentent d’illuminer les journées grises et les festivités sous abri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.