Cheveux II

par Jean B.

Mais… qu’est ce que c’est que ça?

Un hérisson au saut du lit? Une soupe de pates alphabet grec? La punition d’un père dont la maîtresse de sa fille s’est fait plaquer et profite de la fête des pères pour régler leur compte à l’ensemble de ces salauds?

Nop: Il s’agit de cheveux: Cheveux II, successeur coloré de Cheveux d’O qui, O oblige, déclinait une cinquantaine de nuances de gris.

Pas de tressage technique, d’empilements complexes ou de combinaisons calculées; cheveux II s’inscrit plutôt parmi les création pétillantes de légèreté et organisées sur du désordre. Attention, derrière le style aérien et apparemment décontracté de cette oeuvre subsiste le subtile travail des capsules, de découpage et d’association: la pate Mokap. A la fois décorative, inventive et fine.

Je profite d’ailleurs de cette critique pour associer l’artiste à cette création. Mokap est définitivement cet ensemble d’inventivité, de curiosité et de recherche: détricoter, rebâtir, repenser, déconstruire, réassembler. Parlait-il de Mokap quand Samuel Becket écrit “Ever tried. Ever failed. No matter. Try Again. Fail again. Fail better.”

L’humilité, l’exigence et la bienveillance de Mokap et / ou Monique (parce qu’il y a en fait une femme derrière l’artiste) transforment chaque rencontre, en moment enrichissant, toujours intéressant et stimulant. Merci Mokap, merci Monique!

Rupture de stock